Vous êtes ici : Accueil >> Actualités

Un grand bravo à l’équipage Pol THIRY et Emmanuel PONT

sur leur Lancia Béta 2000, ils remportent avec brio la ZR 4 - Albon - Le Cheylard de ce 16ème Rallye Monte Carlo Historique.

Grace à eux c’est la première spéciale remportée par un membre du RCVHS depuis l’histoire du Monte Carlo Historique.

- Emmanuel raconte La Spéciale avec un grand S :

"Je reprends le volant sur une partie du routier, histoire de me "chauffer". Direction la spéciale 4, d’Albon d’Ardèche au Cheylard, via le col de la Faye et Saint Genest Lachamp. La navigation est plus simple, la route est bonne (du moins comme j’aime !!).

Pas de souci particulier, on s’insère dans la file d’attente avant la spéciale, la tente rouge avec la cellule de chronométrage à 10 voitures devant nous (donc ceux qui ont suivi auront compris : 10 minutes de pause).

A deux minutes du départ, le commissaire vient vérifier que la voiture est "sécure" (portes bien fermées, occupants sanglés, rien qui risque de s’envoler...).

J’ouvre la fenêtre pour le saluer, on engage une rapide conversation... Et la Lancia perd son ralenti et cale.

Le commissaire a dû lire le désarroi sur mon visage et me dit aussi sec "non, ne vous inquiétez pas, elle va repartir" ! Il a pu penser que j’allais me pendre au gros chataigner que j’ai en ligne de mire avec la corde de remorquage en regardant mon expression quand la Beta a calé...

Pol reste impassible, il prend son téléphone et appelle Fred, qui est... à la sortie de la spéciale !!

Bon...

La route est en pente, le commissaire me laisse descendre quelques mètres pour me ranger sur le côté.

J’ai des relents de SP98 d’avance ! Pol, malicieux, me dit qu’il faudra songer au bain de bouche la prochaine fois... Je fais mine de ne pas l’entendre, mais me rappelle qu’en cas d’envie de meurtre j’ai la pelle à neige dans le coffre. Je lui règlerai son sort plus tard, il ne perd rien pour attendre.

C’est parti pour le cocktail !

  • Un coup de pompe à vélo laissée par Fred dans le coffre pour déboucher les tuyaux, ça n’a pourtant pas l’air bouché...
  • J’aspire, alors. Comme la veille, une fois, 2 fois, 3... 10... Pol est au démarreur et fait tourner à la demande sans broncher, il cherche à se racheter visiblement, ça veut pas.
  • Il rappelle Fred, tandis que je sors le filtre à essence, toutes les durits, le filtre à air... L’essence coule de ci de là, et l’idée de flamber toute la ligne de voitures en attente me fait à la fois sourire et sortir l’extincteur... On ne sait jamais, et j’ai déjà pratiqué l’incendie !
  • Après 10 minutes de lutte acharnée, ENFIN à la sollicitation du démarreur, l’essence remonte.
  • Je remonte tout à la vitesse de l’éclair, Pol démarre... ça tourne !!

Je reprends le volant, Pol passe à droite. Il me lâche "tiens, je suis étonné, tu n’as pas l’air énervé". "Non, pourquoi ?" Après tout, c’est vrai, ce n’est pas en s’énervant qu’on va repartir (mais plutôt mettre le feu !!). Et puis le redémarrage est une petite victoire...

Pol informe Fred au téléphone qu’on changera la pompe à essence au point de ravitaillement prévu, en sortie de spéciale, ce ne peut être qu’elle puisque j’ai vérifié au démontage, les tuyaux étaient perméables...

On reprend la file en forçant un peu le passage à la NSU1200TT de Marc Leplaideur.

2 minutes d’attente à peine, je regarde mes mains et ne vois qu’un amas de graisse noircie... Pol saute dans le coffre chercher le nettoie-vitre et l’essuie-tout, la peau réapparait...

5... 4... 3... 2... 1... GOOOOOOOOOOOO !

On sent que Pol n’était pas dans mes pensées quand il m’a trouvé si calme. La Lancia patine et s’élance TRES vivement, on croise le regard amusé des spectateurs.

  • La spéciale commence mal. après 500 mètres, le régime moteur tombe, on recale presque... puis ça repart. "Bon, on y foutra le feu plus tard, avant on termine la spéciale"... "si elle veut !!"
  • Puis ça va mieux. La route est belle (lire "sèche"), ça virevolte à l’envi, on se fait plaisir.
  • Dans un sous-bois, Pol, dont la santé mentale me parait parfois fragile , crie "UN MOUTON !"

Il me faut une seconde pour comprendre. Un bélier bien cornu se tient fièrement au milieu de SA route, pas décidé à nous laisser passer... Je freine, je m’arrête. "mais il veut nous charger ce c.. !"

En effet, on sent que son train arrière patine autant que mes roues avant 5 minutes plus tôt au départ...

"Bon, j’avance". Le bélier se ravise (on est bien plus gros que lui !!) et finalement nous laisse passer en se rangeant sur le côté, genre "ça ira pour cette fois, n’y revenez pas"... Bref, que du bluff.

  • Evidemment tout ça n’aura duré que 4 à 5 secondes, mais... qui paraissent une éternité. Pol m’annonce le retard... oups !! Pied dedans, on y va.
  • On ne croise plus de lama, de lémurien, de sanglier, de baleine à bosse... Que des spectateurs "normaux".

La spéciale se termine par un gros éclat de rire, à la hauteur des difficultés rencontrées avant.

La voiture fume de partout, et ça commence à sentir le liquide de refroidissement...

Mais on n’est plus à ça près, et on enquille direction Plats pour le Contrôle de passage puis Tournon pour le CH où on doit pointer vers 18H30.

Sur le routier, toujours sympa, à l’entrée d’un petit pont, Pol perd le train avant qui s’échappe vers le muret. On en réchappe de justesse, mais à quelques cm près, on laissait l’avant de l’auto sur place...

Plats, sa mairie et son tampon pour le contrôle de passage bien en vue sur le carnet de route, on file vers Tournon.

  • Le portable se met à vibrer dans ma poche. SMS de Bénédicte, la femme d’un ami qui fait l’assistance du meilleur régional ( équipage Migeo/Dudel 4° l’an dernier !! ). "tu l’as, vous l’avez fait !!! 1er d’une spéciale, respect les champions !! allez on vous suit. Bises, Bénédicte".
  • Je réponds aussi sec : "Salut Bénédicte, tu t’es trompée de N° ! bises  !"

On perd le réseau, avec ce petit sentiment de plaisir qu’on aurait ressenti si seulement c’était vrai. Pol plaisante, la route se laisse docilement caresser, et on avance...

  • On récupère le réseau. ça vibre encore. Toujours Bénédicte : "je confirme ! spéciale 4, vous finissez premiers !!"

L’ambiance s’échauffe dans la Lancia... "La spéciale 4 ? C’est celle où on est tombés en panne juste avant le départ !" Arrivés à Tournon, on vérifie sur internet. En effet, on est premiers d’une spéciale !! "sur un malentendu, alors... On dira que c’est la chance du débutant !!"

Les portables fument, tous les copains applaudissent et nous félicitent. On ne se déconcentre pas pour autant, puisqu’il reste encore 50 minutes avant le parc fermé de Valence : on ne voudrait pas se laisser distraire et louper le départ !!

Retour à Valence où, pour une fois, la voiture ne cale pas devant les commissaires.

Fourbus mais arborant un sourire Colgate, on regagne l’hotel avec Fred et Christophe qui nous ont rejoints.

Pol, toujours très classe, offrira le Champagne au resto à tous les gens qui ont rapport avec le rallye ce soir là... "

 

Téléchargements